Jeudi 21 Septembre 2017  -  16h02  

       A découvrir sur N64
       Accès Rapides

   Accueil

   Emulateurs

   Plugins

   Roms N64

   Jeux N64

   Boites 3D / Box-Art

   Textures HD

   Hacks / Traductions

   Manuels

   Tests / Vidéo-Tests

   Vidéos

   Dossiers & Tutos

   Tournois

   Concours

   Quiz N64

   Mini-Jeux N64

   Challenges N64

   Sondages

   Classement Trophées
Le saviez-vous ?

A l’origine, le jeu Tonic Trouble était un projet permettant de tester le moteur de Rayman 2 - The Great Escape.
Test : Carmageddon 64
Développeur : Software Creations - Éditeur : Titus - Sortie : Juillet 1999


Prêt pour des carambolages entre potes dans un univers déjanté ? Petite révolution sur PC, la version cartouche n'est pas épargnée mais hélas, l'ambiance n'est pas au rendez-vous et Carmageddon se crashe tout seul, comme on pouvait s'y attendre...

CARM-HISTORIQUE

Vous ne le savez peut-être pas, mais Carmageddon 64 était finalement très attendu à l'époque. Inutile de lambiner plus longtemps, ce jeu était la révélation pour tout joueur de cette 64 bits, d'une part car il était le premier à défier véritablement la politique « bon enfant » made in Big N : le jeu est parfaitement immoral et sanguinaire, en plus d'être un jeu de course stock-car. D'autre part, ce fut le premier jeu de course qui proposait une ambiance plus mature et maîtrisée, les joueurs Nintendo n'étaient hélas pas gâtés avec la semi-déception de Multi Championship Racing. Enfin, cette production politiquement incorrecte était un vrai rafraîchissement, même une révélation pour nombre de personnes sur la version PC sortie en 1997.

Notez que ce jeu a connu deux versions cartouches : la première déjà censurée est l'originale, datant d'été 1999, avec une ambiance sonore métal-rock (pas top mais bon on verra bien), des voix digits anglaises un peu grossières et des zombies avec du sang rouge (!!). La seconde, datant de Noël 1999, reste la plus rare et est finalement bien plus tronquée, avec des changements auditifs, des coupures à certains dialogues, des musiques différentes (problèmes de droits ?), quelques bugs corrigés, un remaniement de menu, et les zombies remplacés par de simples passants, d'ailleurs moins nombreux et qui disparaissent au contact, avec du sang vert/gris voire rien du tout (!?). Enfin, cette dernière a été distribuée par Rare et THQ en Europe, sous le contrôle de Nintendo, à l'instar de Conker's Bad Fur Day, sous une boîte avec un motif différent.

Software Creations a finalement compris que cette nouvelle licence pouvait faire toute la différence. Sur Nintendo 64, ce genre de jeu ne court pas les rues et c'est avec plaisir que je vous commente ce Carmageddon. ............... (SILENCE PESANT) .................. Bon je m'arrête là, en fait pas vraiment, car ce stock-car game est très moyen, en somme c'est une infamie à la première incursion, le syndrome Titus peut-être (ce qui se traduit par : manque de moyens, de talent, de temps à la française).

Objectif du jeu : ne rien épargner, jeu compris

Le but dans ce genre de jeu est de tout massacrer, tout casser, tout péter avec votre bolide. Quoi ? Des concurrents évidemment, qui se trouvent dans d'autres véhicules, mais surtout, le véritable objectif sera d'écraser des zombies traînant sur les routes parsemés de directives. Autant dire que c'est assez étrange comme concept mais la sauce prend, du moins les dix premières minutes (mais je dirai tout plus tard, soyez patients !). On se dit qu’avec du sang et des voix digits grossières (peu présentes), que l’on a droit au jeu le plus violent et le plus immoral jamais conçu dans le monde du jeu vidéo. Oui, du moins sur la console à système cartouche, car il y en a pas mal sur 32 bits.

Le scénario est aussi ridicule que attachant : un cataclysme solaire est arrivé par une soirée de pleine lune. Et logiquement, tous les habitants de la Terre deviennent des zombies assoiffés de sang et de cervelles à pomper. Par miracle, quelques personnes dont vous (de véritables Chuck Norris ces gens-là !) ont été épargnés, des plus censées aux plus dangereux, bons pour l'asile. Que faire ? Eh bien, il vous reste des bagnoles qui roulent encore, allons pulvériser les êtres néfastes et rétablir la paix dans le monde, à coup d'écrasement et de jurons. La voiture aura un rôle prépondérant, votre seule amie sur cette Terre aussi improbable qu'apocalyptique.

J'ai été surpris la première fois mais je salue l'idée de départ, la ou les personne(s) ayant eu cette initiative mérite de figurer parmi les 20 scénarios les plus délirants de ces vingt dernières années. Mais bon ça n'évoluera jamais durant votre périple, vous aurez beau torcher le moindre mégaoctet, le monde aura encore à servir du zombi par mètre carré. Notre si jolie Terre est visiblement condamnée à rester ainsi...

Mais bon vous me direz, c'est qu'un simple jeu de bagnole et vous avez bien raison, mais il faut reconnaître que parti sur cette base, il aurait été judicieux de continuer sur cette voie en proposant des boss ou des moments plus folkloriques. Vous aurez trois modes à disposition : le mode Carmageddon (sans blague ?) est celui qui vous fera passer le plus de votre temps, avec la visite de plusieurs métropoles, en écrasant des zombies, mais aussi en rendant la vie impossible à vos concurrents, sous forme de course linéaire, et parfois en arène. Le mode suivant, Instantané, mérite d'exister puisque la console choisit aléatoirement les objectifs (zone, véhicule, rivaux, lieu) pour vous, à condition d'avoir déjà débloqué le contenu. Je tiens à signaler qu'hélas cela reprend trop souvent simplement des moments du mode Armageddon, donc on repassera pour l'aléatoire. Enfin, outre le mode Options, il existe un mode deux joueurs, qui reprend le premier mode, avec l'écran scindé en deux. Cela reste classique, je trouve limite décevant pour un titre de cette acabit, pas de mode avec items à personnaliser, pas d’éditeur de course/véhicule, c'est vraiment triste, il y avait de quoi faire.

À la casse

Ha, je vais pouvoir me lâcher et vous dire le fin mot de cette histoire. Autant vous dire que ce test est un véritable canular, enfin plutôt le soft qui est très moyen, à la limite de ce qu'on appelle communément les Français une "daube vidéoludique". La première chose qui frappe nos rétines, c'est la banalité ahurissante de la technique et des graphismes. Très dépouillés, textures très floues, hideuses et mêmes dégueulasses à certains endroits, tant sur les décors que sur les véhicules et zombies. On se croirait aux prémisses de la 3D, du moins sur un prototype. Ce n'est vraiment pas beau à contempler (vu qu'il y a rien à admirer), on croyait avoir tout vu avec Superman (64) de Titus qui est sorti un mois plus tôt (juin 1999) et bien on a au moins trouvé un équivalent. La ville est fadasse au possible, du clipping et même pas mal de ralentissements à certains moments (dus je pense au nombre conséquent de passants zombifiés). L'animation ne s'en sort guère, on roulerait entre un excrément et un zombie, c'est pareil ! D'ailleurs ils explosent à l'impact avec un sample juste risible ("ouh !", "euh", "krik !") et aucun moyen de les faire valdinguer alors que la version PC le permettait.

Le jeu se veut gore et incorrect, je suppose que la censure sur N64 a dû passer par là, mais autant dire que sur celle-ci c'est parfaitement réalisable alors pourquoi l'omettre au vue de la mention déconseillée aux enfants ? De même pour les décors, on a souvent du mal à savoir où aller - alors que l'on se trouve pourtant dans des courses délimitées et dans des zones urbaines avec bâtiments - alors forcément on se cogne et donc, on perd du temps, des dégâts inutiles mais par contre on gagne de l'énervement.

Passons au stade de l'écœurement : les courses en province rehaussent le côté technique mais demeurent trop rares et espacées, la bande-son est molle et mal compressée sur cartouche, que ce soit en thème qu'avec les rares voix digitalisées. Il est courant de rien comprendre ou de couper le son de notre écran tellement c'est répétitif et surtout criard (gros souci de saturation au niveau de l'échantillonnage).

La jouabilité est très imprécise, tantôt trop nerveuse, tantôt trop lourde, malgré une bonne disposition des touches. Aussi, la vitesse de jeu est incroyablement lente d'emblée alors que j'ai déjà énuméré des ralentissements surtout à deux joueurs, on doit tourner à 15-20 images par seconde avec du bol. Un véritable désastre du gameplay alors que ce devait être une force dans Carmageddon, le joueur se reprendra pas mal de fois avant d'espérer atteindre la fin de la course et surtout d'être premier. Eh oui, vous aurez deviné, le jeu prend ainsi une bonne durée de vie, tellement il est difficile mais on remarque que contrairement à Superman qui était vraiment long à l'origine même si Titus s'était efforcé à bien le finir, le soft reste très court, à peine 2 heures et demie.

Malgré une répétitivité qui vous donnerait la migraine, le jeu a un contenu sympa, de bons circuits malgré leur nombre restreint, un choix honorable de véhicules, les items sont recherchés mais pas extraordinaire (voyez ces derniers comme du Mario Kart), et les objectifs changent tout de même (tuer tel nombre de passants tout en étant minimum 2nd et en ayant explosé au moins deux concurrents par exemple). Le challenge reste présent mais ce sera très anodin, compte tenu de l'énorme carence ludique vis-à-vis des défauts que j'ai déjà cités. Ce sera de trop pour le joueur aguerri et si celui-ci voulait se faire plaisir après avoir joué à la version PC, et ben je lui conseille d'y retourner et d'expédier Carmageddon 64 dans son grenier, dans un coffre scellé à clé.

Concluons au stade de l'incompréhension : au moins la boîte reste agréable à regarder (c'est déjà ça), mais au final on se demande pourquoi les développeurs ont autant bâclé leur projet. J'ai ma petite théorie : annoncé en 1997, le jeu devait déjà être annulé sur 64 bits cette même année avant d'être repris milieu 1998. Également, on connaît Titus pour son manque de communication et de soutien, les joueurs n’ont pas de nouvelles du développement (peu d'images, qui étaient d'ailleurs souvent identiques et trop de comparaison à la version PC), ce qui n'est jamais bon signe. Aussi, le côté immoral du jeu a attiré les foules de la maison-mère Nintendo, ce qui a dû valoir au titre de nombreux retours négatifs lors de la certification commerciale, expliquant les nombreux reports. Enfin, cette version est une reprise de celle abandonnée sur Saturn, et par souci de coût, j'imagine que Software a dû simplement convertir le tout, mais le temps leur a manqué pour peaufiner et améliorer.

Carmageddon était peut-être une petite révolution à sa sortie sur PC, mais sur Nintendo 64 il est clair que non alors qu'il a bénéficié de deux ans de plus. Il n'est pourtant pas à jeter, son concept peut amuser grâce à un humour original et déjanté, même au regard de son contenu - j'ai clairement vu pire. Mais qu'en déduire du reste ? La gameplay est foiré, le rendu est minable, on a atteint la limite de l'acceptable. Le fun est presque éliminé, même si vous êtes deux à jouer (d'ailleurs « que deux » pour un jeu pareil, se voulant multijoueurs...) Il faut savoir s'arrêter cinq minutes avant de proposer un soft de cette qualité, qui aurait mérité bien plus de mois de gestation. D'accord le jeu reste amoral, on écrase des passants, on se défonce et ça change de titres mais finalement autant dans ce cas tout annuler. À mon avis, il y aurait eu des déceptions si cela s'était produit mais moins grandes que celui qui s'est acheté le jeu neuf à 580 francs français un jour de fin juillet 1999.

Olex, le 16 Mai 2010

  Verdict
Graphismes : 07/20

Toutes les textures sont étrangement baveuses et approximatives : effets de flou en permanence, couleurs trop éclatantes, le tout est criard et ne retranscrit pas le trip sauvage du jeu. Le jeu se paye le luxe de causer des ralentissements – surtout à deux joueurs - et on ne sait pas toujours où aller. Dommage qu'il ait eu le minimum syndical sur ce critère et l'immersion brille par son absence.

Jouabilité : 07/20

Étrange : la sensation de vitesse est incroyablement molle, la réactivité entre la manette et le véhicule est soit assez longue soit trop rapide, ce qui vous vaudra des pertes de contrôle, des dérapages et rambardes prises de plein fouet y compris. Rigide, mou, pas super intuitif, alors que le principe de base est pourtant simple ; là aussi, on sent un gros bâclage du développement à ce niveau-là.

Durée de vie : 09/20

Le petit point fort du jeu : le contenu proposé est tout ce qui y a de plus correct. Environnements de bons goûts (ville, campagne), items recherchés et souvent intéressant, objectifs assez nombreux, mode deux joueurs (mais bon quatre aurait été mieux), le studio nous impressionne à ce niveau-là. Mais hélas, la jouabilité et la réalisation technique plombent le tout, ce qui réduit considérablement la note. Moyen donc, selon votre capacité à aller jusqu'au bout - ou non - du titre.

Bande son : 08/20

Plutôt simple, je trouve qu'il n'y a pas assez de variétés dans ce critère, les thèmes sont de plus anecdotiques et peu nombreux, de même pour les bruitages, se résumant aux bruits de tôle froissé et des cris de personnages. Hélas, le portage est calamiteux, l'échantillonnage audio a tendance à grésiller à certains moments. On dira que l'ensemble est en-deçà de ce qu'on attend d'un jeu de stock-car des rues, ni plus ni moins.

Scénario : 12/20

Pas de véritable trame scénaristique, mais plutôt de l'enjeu assez prenant - surtout le synopsis de base à hurler de rire : arriver premier tout en faisant valser ses adversaires dans des domaines plus ou moins interactifs (personnages, murs...) avec des items spéciaux dans un contexte déjanté, en éliminant des personnages non joueurs débiles et laids. Amusant sur la forme mais le fond ne suit pas, car le tout demeure identique du début à la fin. De la folie dans les idées oui, mais ça ne va pas plus loin malheureusement... et pourtant c'est marrant.



Intérêt :


Software Creations ne s'est pas vraiment foulé et nous propose une pâle copie du jeu original où TOUT a été tronqué : graphismes taillés à la serpe, ralentissements, graves concessions technique, modification de l'univers, jouabilité hasardeuse. La liste est trop longue et heureusement que l'ambiance déjanté est toujours aussi présente. Sans ça, le jeu serait inintéressant, et je ne peux que vous conseiller que choisir d'autres jeux sur Nintendo 64. Carmageddon 64 a tout d'un jeu saboté et ne mérite pas que l'on s'y attarde plus d'une demi-heure.

  Commentaires (2)

Magnio : C'est un véritable gâchis, il y avait de quoi faire une tuerie, mais comme beaucoup de jeux, le développement a été bâclé, dommage. Bon test, bravo Olex. :)

chaos blaster : Le seul jeu qui excita Famille de France en moins d'une minute. . Dommage que le titre soit un tel ramassis de médiocrité...

   Ajouter un Commentaire
Merci de vous identifier...
       Membres

   Identifiant :

  

   Mot de Passe :

     

   Mot de Passe oublié !
Devenir Membre
       Dossiers / Tutos (39)

   Histoire de Emulation64.fr

   Utiliser et configurer l'émulateur ...

   Utiliser et configurer AQZ Netplay ...

   Comment soigner ses cartouches N64 ...

   Utiliser les Codes Triches avec Pro...

   Test du PSX-N64 USB Converter (Boom...

   Test du BioSensor (Seta)

   Renommer vos Roms avec GoodN64

   Modifier les Gfx de vos Roms Ninten...

   Test de l'Arcade Shark (InterAct)
Tous les Dossiers
       Vidéo-Tests (14)

   Resident Evil 2

   International Superstar Soccer 2000

   South Park Rally

   Extreme-G XG2

   Perfect Dark

   Extreme-G

   Quake 64
Tous les Vidéo-Tests
       Tests de Jeu (45)

   Legend of Zelda, The - Majoras Mask

   Turok 2 - Seeds of Evil

   Super Mario 64

   Mario Party 3

   Xena Warrior Princess - The Talisma...

   007 - The World is Not Enough

   Quake 64
Tous les Tests
       Notices Scannées (150)

   Castlevania - Legacy of Darkness

   Sin And Punishment

   Forsaken

   Carmageddon 64

   Wave Race 64 (Operation Card)

   International Superstar Soccer 2000

   World Cup 98
Toutes les Notices
       Partenaires

   GameTronik.Com

   SyTest.Net
(c) 2001-2017 Emulation64.fr / Emulation64.net